By

Fort de Vaujours : projet à très hauts risques

Le fort de Vaujours, situé sur les communes de Courtry (77) et Vaujours (93), est un des forts construits à la fin du 19e siècle pour défendre Paris.
Le fort est ensuite devenu un centre de recherches du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), entre 1951 et 1997.

Pendant ces années le CEA conduira des essais pyrotechniques pour étudier les ondes de choc à haute pression dans l’uranium, avec des tirs froids portant sur un total de 600 kg d’uranium naturel, dont environ 150 kg avaient été dispersés autour du fort, jusqu’à parfois un kilomètre.
La plus grosse partie en a été récupérée lors des opérations d’assainissement en 2002, mais du fait de la dispersion, le CEA ne peut assurer l’absence de tout marquage résiduel.
En 2010, la majeure partie du site est rachetée à l’État français par la société BP Placo (Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain) pour y réaliser une carrière de gypse à ciel ouvert.
Ce projet implique à terme la destruction du fort de Vaujours, et le déplacement de millions de m3 de terre.

Suite à un long combat mené depuis 2000 par le collectif d’associations écologiques Sauvons la Dhuis, des pollutions radioactives, liées à la présence d’uranium ont donc été confirmées le 25 février 2014 en présence de la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité), l’ACRO (Association pour le Contrôle Radioactivité dans l’Ouest), l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) et l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire).

Malgré cette prise de conscience à l’échelle nationale et internationale des dangers du projet d’exploitation des sous-sols du Fort de Vaujours sur la santé des travailleurs et des populations environnantes, le projet de la société BP PLACO (Anciennement PLACOPLATRE) est en passe de reprendre avec l’accord de tous les services de l’Etat Français.

Le collectif Sauvons la Dhuis étudie actuellement tous les moyens légaux pour aboutir à l’arrêt définitif de ce projet à très hauts risques aux portes de Paris.

Pour plus d’informations : http://sauvons.dhuis.fr/